Accueil Rencontre Caroline Dollé

Caroline Dollé

164
0
du matériel de qualité fabriqué par Caroline Dollé

Rencontrée au Salon du Cheval d’Angers où elle exposait une selle de rando superbe toute équipée, notre discussion nous a conduits des étangs de Brenne aux Landes de Bretagne où elle réside aujourd’hui…avec le désir d’en savoir un peu plus. C’est chose faite aujourd’hui : rencontre avec une passionnée.

 

  • Ma passion du cheval

Personne ne se l’explique car je viens d’une famille parisienne de non cavaliers. Ça remonte à ma classe de CP. Mon institutrice nous avait diffusé une vidéo sur le poney-club. Là, il y a eu un premier déclic, comme dans le dessin animé où le personnage a une ampoule qui s’allume dans le cerveau.

J’ai ressenti instantanément une attraction irrésistible.

J’ai alors commencé les cours à poney sur l’île Saint Germain, puis poursuivi à cheval. Adolescente, j’ai goûté au bonheur de la demi-pension avec une petite jument fantastique, avec qui j’ai découvert en 1991 la randonnée équestre. Et là, à quatorze ans, ce fut la deuxième révélation ! Monter à cheval, oui ! Mais pour découvrir le pays !

  • Mon cheval

Mon premier cheval est en fait un grand poney. Je l’ai acheté dès que j’ai fini mes études, à 22 ans, avec l’objectif de pouvoir randonner et de le laisser vivre en extérieur toute l’année. Je me suis tournée vers le haflinger car c’est rustique, porteur, volontaire, passe-partout, bref un compagnon idéal. Avec évidemment un gros coup de cœur pour cette robe alezan crins lavés.
Plus récemment, j’ai acheté un grand Connemara, pour le côté rustique et polyvalent. Mais celui-ci ne partira pas en randonnée, à cause de dorsalgies, arthrose juvénile et conflit de processus épineux. Il m’enseigne beaucoup de choses, notamment l’observation, l’écoute et la bienveillance !

  • Ma randonnée, mes destinations préférées

Mon coup de cœur, c’est la randonnée en itinérance et sans intendance, au moins une semaine pour avoir le temps de s’immerger et de casser avec le quotidien. En étoile, c’est différent, je me sens en promenade.  Et sans hébergement réservé, avec la possibilité de bivouaquer, c’est vraiment une sensation de liberté.

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

 

 

POUR LIRE LA SUITE: 
N°2 Voyage à Cheval (Papier)
N°2 Voyage à Cheval (Numérique)

OU ABONNEZ VOUS:
Format Numérique
Format Papier

 

 

Article précédentLe Camargue
Article suivantToux : un syndrome à surveiller

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici