Accueil Avec un âne Equilibrer le bât

Equilibrer le bât

234
0
Bien équilibrer le bât est primordial

L’âne sait où le bât blesse. Cette expression bien connue date du XV ème siècle à l’époque où la quasi-totalité des biens et des marchandises transitaient à dos d’ânes ou de mules à travers toute l’Europe. Il était nécessaire d’avoir de bons bâts, bien adaptés aux animaux et surtout de bien s’en servir, c’est à dire bien accrocher et répartir les charges sur le dos pour éviter justement qu’il blesse et ne puisse pas repartir le lendemain.

Adapter les distances (et d’une manière générale l’effort) à l’état d’entrainement et à l’âge du cheval. Infliger de but en blanc une grosse sortie de 3 ou 4 heures à un cheval qui ne fait rien de la semaine n’est pas sans risque.

Rappelons que les muletiers Ardéchois livraient du vin sur plusieurs centaines de kilomètres (entre 20 et 40 km/jour) en chargeant deux muys (tonneaux de 84 litres) sur une mule. Les bâts étaient lourds et solides.

Les meilleurs des bâts ne garantissent pas la stabilité absolue, l’efficacité, le confort de l’âne ni la sécurité si on ne sait pas s’en servir.

Bien s’en servir c’est d’abord le bien positionner. Il doit être bien à plat sur le dos. On voit trop souvent des bâts à l’emplacement des selles de cavaliers. Un fois le bât posé, il faut régler les différentes sangles : sous-ventrière (une ou deux), bricole et avaloire.

Aucune ne doit être trop serrée pour le confort de l’animal. Ce ne sont pas les sangles qui empêchent le bât de tourner mais l’équilibrage de la charge. Il est primordial.

Les charges, quelles qu’elles soient ont toujours des caractéristiques fondamentales :

  1. La masse totale. Elle est facilement mesurable sur une balance ! C’est aussi la somme des masses unitaires qui la constitue.
  2. Le volume total, plus difficile à mesurer mais facile à évaluer par la capacité des contenants, sacs et sacoches.
  3. La densité moyenne qui n’est autre que le poids divisé par le volume. Mais dans une cargaison chaque marchandise ou partie de la charge a sa propre densité.
  4. La division possible, à savoir si la masse est indivisible (comme le fût du canon transporté par des mules) ou peut être répartie de façon symétrique tant en masse qu’en volume.
  5. Le centre de gravité de la charge une fois celle-ci mise en place sur le bât.

 

Comment équilibrer

L’équilibrage du bât doit répondre à deux injonctions qui peuvent sembler antinomiques.

  1. La première est que pour éviter le ballant et avoir une stabilité accrue le centre de gravité de la charge doit être le plus bas possible. En effet cela limite les effets des forces qui font pivoter le bât. Cela s’apparente à l’effet de la quille sur un bateau ou du balancier du funambule.

[…]

POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE, SOIT: 

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

 

OU

AU NUMÉRO: 
N°5 Voyages à Cheval (Papier)
N°5 Voyages à Cheval (Numérique)

LES ABONNEMENTS:
Format Numérique
Format Papier

 

 

Article précédentMoniteur d’équitation
Article suivantColiques : une entité multiple

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici