Accueil Vie pratique Le crottin : splendeur et misère

Le crottin : splendeur et misère

92
0
Le crottin : l'or brun parfois encombrant

Au risque de décevoir quelques poètes qui imaginent la vie avec un cheval comme un rêve semé de pétales de rose, nous allons évoquer les vraies choses de la terre, avec aujourd’hui la question du crottin. Ce sera l’occasion d’un retour d’expérience, puisque j’y suis confronté au quotidien depuis de très nombreuses années, avec trois chevaux à la maison.

Incontestablement, nos équidés sont généreux en la matière (si j’ose dire…). J’y reviendrai. Alors comment gérer cet élément logistique, pour le bien de tous y compris celui de nos partenaires sabotés ?

Quels enjeux ?

Le cheval est programmé pour manger une très grande partie de la journée et de préférence des aliments riches en fibres. Il élimine donc beaucoup et à intervalles réguliers : environ un crottin toutes les deux heures. Pas un métabolisme de canard, mais pas loin, d’autant que les quantités émises sont significatives.

Pour quantifier précisément la chose, la production journalière d’un cheval de gabarit moyen représente environ le contenu d’une brouette et, en production hebdomadaire, celui d’une remorque de 150 cm X 105 cm X 35 cm (longueur, largeur, profondeur), donc un peu moins d’1 m3. 

Pourquoi ramasser ?

Pour peu que la parcelle soit de taille modeste, il est bien évident que si l’on ne fait rien, les chevaux se retrouvent très vite dans un véritable champ de crottin. C’est peu ragoutant, pour eux comme pour les humains vivant à proximité. D’un point de vue visuel comme olfactif, c’est assez peu plaisant.

[…]

POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE, SOIT: 

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

 

OU

AU NUMÉRO: 
N°6 Voyages à Cheval (Papier)
N°6 Voyages à Cheval (Numérique)

LES ABONNEMENTS:
Format Numérique
Format Papier

 

 

Article précédentFerrer ou pas, that is the question
Article suivantLe cheval Islandais

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici