Accueil Technique de rando Les licols et les longes

Les licols et les longes

318
0
Un âne des Pyrénées en rando dans les Hautes Pyrénées (65) avec licols et longes par Voyages à Cheval

Revenons sur notre système composé d’un âne, un meneur, du matériel et un parcours. Lors du dernier article, nous avons abordé les qualités requises pour un bon âne de randonnée. Le matériel de ménage et de portage revêt lui aussi une grande importance.

La conduite se fait à la tête de l’âne. Celui-ci est équipé en général d’un licol ou plus rarement d’un cabestre ou d’un collier, les deux derniers ustensiles étant plutôt utilisés pour les mules ou les mulets. Le lien physique au meneur est réalisé à l’aide d’une longe.

La bonne dimension

La longe peut se définir par quatre caractéristiques : sa longueur, son diamètre, son système d’attache et surtout sa constitution qui va conditionner sa flexibilité (ou sa rigidité), son confort dans la main, la facilité d’attache, son entretien, sa robustesse, son usure, etc….

Lors de notre randonnée, nous sommes relativement près de l’âne, à une distance souvent inférieure à un mètre. Mais il y a des obstacles où une longueur supérieure est requise. On pense aux passages de troncs d’arbres, d’ornières où l’âne a besoin de plus de liberté pour manœuvrer, notamment pour utiliser le balancier de son encolure pour retrouver son équilibre. C’est aussi le cas dans certains passages rocheux où le chemin humain ne correspond pas toujours au chemin ânin ! Dans ces cas, il vaut mieux laisser notre compagnon choisir sa voie avec une longe longue. Une longueur de deux mètres est confortable. Plus longue, il faudra faire beaucoup de plis lors de la marche normale. A noter qu’il ne faut jamais de boucle autour de ses mains car cela peut s’avérer très dangereux en cas (rare il est vrai !) d’emballement de l’âne. Cette longe de deux mètres permet aussi une attache correcte lors des pauses ou des nécessités d’arrêt.

Le système d’attache classique de la longe sur le licol est un mousqueton à gorge. Pratique et efficace, il est plus sûr que le mousqueton anti-panique qui demande un usage plus précis et qui quelquefois a tendance à s’ouvrir lors d’une mauvaise manipulation ou lorsque l’âne se gratte sur un support d’attache. Dans ce cas, quand il a “pris le coup”, il le fait systématiquement !

Le diamètre de la longe varie avec celui de la taille de la main qui le mène. Il faut que cela soit confortable sans glisser. Il arrive que l’âne soit mené par des enfants, dans ce cas, une longe plus courte et plus fine peut être intéressante.

La matière qui constitue la longe est aussi importante. Elle donnera ou non de la flexibilité et demandera plus ou moins d’entretien.

Les matières naturelles telles que le chanvre ou le sisal sont certes plus écologiques mais demandent un entretien nettement plus grand que les matières synthétiques qui se lavent à l’eau (ou en machine !) et ne sont pas sensibles aux variations d’humidité. Enfin, elles permettent d’avoir des couleurs plus attrayantes pour les enfants ! Attention cependant à l’effet « brûlure » au cas où elle file dans la main !

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

POUR LIRE LA SUITE: 
N°3 Voyage à Cheval (Papier)
N°3 Voyage à Cheval (Numérique)

OU ABONNEZ VOUS:
Format Numérique
Format Papier

Article précédentLettre B
Article suivantLettre A

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici