Accueil Carnet de voyage Mystérieuse Touchétie

Mystérieuse Touchétie

65
0
Randonnée équestre en Georgie dans la Touchetie

La Touchétie est située dans le massif du Grand Caucase en Géorgie. L’unique porte d’entrée de cette petite région montagneuse passe par un col à près de 3000m qui reste enneigé plus de 7 mois par an.

Une seule piste dont la construction a débuté sous le régime soviétique, après la seconde guerre mondiale, permet un accès véhiculé de juin à octobre. Depuis, les familles touches ont migré vers la plaine pour passer un hiver plus confortable.  Jusqu’alors, elles vivaient en complète autarcie de leurs chasses, pêches, fromages et autres produits laitiers, sans eau courante ni électricité. Elles ne se sont donc mêlées que très tardivement aux Géorgiens des plaines et ont subi des influences des peuples tchétchènes, ingouches et daghestanais. Les Touches étaient considérés comme « des montagnards » dont le seul nom effrayait les citadins et ce jusqu’au début du XXème siècle. Non qu’ils aient été des bandits de grand chemin mais la réputation de certains se répandait à tous les Caucasiens.

Pourtant, dans la chaîne caucasienne, la communication entre deux peuplades a toujours été difficile : sans parler ici du relief qui participe sans aucun doute au fractionnement de la zone caucasienne, les quelques 120 dialectes tous distincts les uns des autres empêchaient autrefois la compréhension entre deux villages d’une même vallée. La langue officielle du pays est le géorgien. Le russe est également très présent (environ 50% de la population parle russe) en raison de l’appartenance de la Géorgie à l’URSS jusqu’en 1991.

Un peuple cavalier

Toutes ces communautés montagnardes pourtant si cloisonnées par leur langage ont de grandes similarités dans leur mode de vie, rituels et architecture.

Aussi, ces ethnies sont des peuples cavaliers et le cheval remplit de nombreuses fonctions dans les montagnes. Chez les bergers, les derniers semi nomades du Caucase méridional, il est utilisé pour rassembler les troupeaux et le transport du matériel lors des transhumances et aussi lors des travaux de construction.

POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE, SOIT: 

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

OU

AU NUMÉRO: 
N°4 Voyages à Cheval (Papier)
N°4 Voyages à Cheval (Numérique)

LES ABONNEMENTS:
Format Numérique
Format Papier

Article précédentL’hébergement en pâture
Article suivantLe Lot : une surprise à chaque pas !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici