Accueil Véto Récupération : une étape clé

Récupération : une étape clé

345
0
Récupération : une étape clé

Que son cheval ait participé à une épreuve d’endurance, effectué un parcours d’obstacle ou parcouru une longue randonnée, les soins après son activité sont primordiaux pour une bonne récupération et donc son état de santé et de bien-être. Cette étape permet aussi de détecter un éventuel problème et doit donc être abordée avec sérieux et vigilance, d’autant plus à la période estivale, quand la chaleur est un facteur de risque supplémentaire.

Tout cheval qui a effectué une activité plus ou moins intense ou un travail, quel qu’il soit, a besoin d’une étape de récupération qu’il convient d’aborder avec rigueur.

Une telle phase de récupération est importante en raison des modifications physiologiques induites par un exercice. Le travail musculaire effectué par l’équidé retentit en effet non seulement sur l’organisme de l’animal mais aussi sur son état psychologique par l’intermédiaire du stress qu’il induit.

La récupération s’envisage en deux phases : une première qui passe par une baisse progressive de l’activité de l’équidé en vue d’un « retour au calme » mais aussi, une fois rentré à l’écurie, une séance de pansage complète et bien conduite

Deux types de récupération sont possibles, active ou passive, et se raisonnent en fonction de la nature de l’effort (durée, intensité…) qu’a dû produire l’animal.

Par exemple, lors d’un effort intense, l’organisme produit de l’acide lactique qui se dépose dans les muscles et risque de générer un certain nombre d’affections dont des crampes et courbatures. L’organisme utilise aussi plus d’oxygène que le métabolisme ne peut en fournir et se retrouve donc en dette d’oxygène qui est proportionnelle à la durée et à l’intensité du surcroît d’effort. La phase de récupération servira entre autres à l’organisme à rembourser cette dette d’oxygène. C’est pourquoi, au cours de la récupération après un tel type d’effort, l’organisme va continuer à fonctionner à haut régime tant qu’il reste des déchets à recycler d’où une fréquence cardiaque et respiratoire élevée.

Immobilisation préjudiciable

Pour aider le cheval à mieux récupérer et raccourcir le temps de récupération après ce genre d’effort, il est possible d’encourager la récupération active car contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’immobilisation est préjudiciable.

 

[…]

POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE, SOIT: 

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

 

OU

AU NUMÉRO: 
N°10 Voyages à Cheval (Papier)
N°10 Voyages à Cheval (Numérique)

LES ABONNEMENTS:
Format Numérique
Format Papier

 

 

Article précédentLettre J
Article suivantLe sentier de la Côte Bleue en Turquie