Accueil Véto Toux : un syndrome à surveiller

Toux : un syndrome à surveiller

119
0
Troupeau de chevaux arabes dans les champs

Avec les épisodes récurrents de rhinopneumonie équine ces dernières années, il est un symptôme susceptible d’inquiéter tout particulièrement les propriétaires de chevaux, a fortiori s’il est associé à de l’hyperthermie, c’est la toux.
Plus volontiers respiratoire que cardiaque chez le cheval, la toux mérite des investigations dès lors qu’elle perdure plusieurs jours ou que son intensité est importante.

La toux est un symptôme particulièrement fréquent chez le cheval, quel qu’il soit (de sport, de loisir, poney, cheval…), commun à de nombreuses affections qui sont, dans la majorité des cas, respiratoires. Elle peut être l’expression directe d’une maladie (allergique, infectieuse) ou la complication d’une affection qui n’a pas été traitée comme le cornage ou la gourme.

La toux est par ailleurs gênante pour l’entourage du cheval et peut nuire à son utilisation.

Face à l’apparition d’une toux, il convient d’être particulièrement méthodique et rigoureux pour pouvoir donner le plus d’informations pertinentes au vétérinaire. Car une toux, si elle persiste ou s’aggrave, doit motiver une consultation de façon à en trouver l’origine et la traiter le cas échéant.
La toux se définit comme l’expulsion soudaine et bruyante de l’air des poumons, ce qui permet d’évacuer du mucus ou d’autres substances (corps étranger, poussière…) des voies respiratoires. C’est un phénomène réflexe déclenché par des récepteurs présents dans les parois de la trachée et des bronches. C’est un mécanisme de défense de l’organisme qui est donc normal dès lors qu’il est isolé.

La toux peut être spontanée ou déclenchée à la palpation du larynx et/ou de la trachée.

L’expression clinique de la toux peut être très diverse : elle peut être sèche, faible, forte, expectorante, rauque, intense, incoercible, survenir au repos ou à l’exercice, aiguë ou chronique, etc.
Son association avec d’autres signes respiratoires, comme une épistaxis (saignement au niveau des naseaux), de la dyspnée (respiration difficile, saccadée), du jetage, des muqueuses cyanosées, ou non respiratoires (fièvre, abattement, anorexie…) est un facteur de gravité supplémentaire et la toux peut même alors constituer une véritable urgence vétérinaire.

Abonnez vous à la formule "numérique",
pour accéder à l'ensemble des articles

  • Accès à l'ensemble des articles depuis le N°1
  • Accès aux articles exclusifs Web

Formule 1 an: 25 euros - Cliquez ici

Déjà abonné ?

Connectez vous pour lire la suite

 

 

POUR LIRE LA SUITE: 
N°2 Voyage à Cheval (Papier)
N°2 Voyage à Cheval (Numérique)

OU ABONNEZ VOUS:
Format Numérique
Format Papier

 

 

Article précédentCaroline Dollé
Article suivantGérer l’activité : les distances

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici